Deuxième partie : Appels coordonnés inter-organisations

Territoire Palestinien occupé

HRP
Personnes dans le besoin
2,4 millions
Personnes ciblées
1,8 millions
Besoins (US$)
417 millions
Population totale
5,1 millions
Niveau de revenu
n/a
INFORM Severity Index
3.9 / Élevé
Appels consécutifs
2003 - 2021
Personnes bénéficiaires (2020)
1,2 million

Analyse du contexte, de la crise et des besoins

Une crise de protection prolongée se poursuit dans les Territoires palestiniens occupés, largement imputable à l’occupation continue, à la division palestinienne interne, aux violations continues du droit international et à l’escalade récurrente des hostilités entre Israël et les groupes armés palestiniens. L’année 2020 a vu une forte augmentation de la sévérité des besoins humanitaires sur tout le territoire palestinien occupé. Cette augmentation est due à la flambée de la COVID-19 et aux mesures prises par l’Autorité palestinienne en réponse à la menace d’annexer formellement certaines partie se la Cisjordanie. Ces facteurs continueront à causer une vulnérabilité et des besoins humanitaires dans le Tpo en 2021.

Le taux de mortalité de la COVID-19 reste faible selon les normes mondiales (77 personnes par million de personnes). Mais les mesures imposées pour contenir la pandémie (confinements récurrents, restrictions des voyages, fermetures d’écoles, réduction des activités commerciales et quarantaines obligatoires) ont porté gravement atteinte aux conditions de vie sur tout le Tpo. À Gaza, le chômage a atteint un pourcentage historique de plus de 49 % au cours de deuxième trimestre de 2020.

Est venue s’ajouter à cette situation la décision de l’Autorité palestinienne de mettre fin à presque tous les contacts bilatéraux avec Israël, entre mais et novembre, notamment le refus d’accepter les recettes des dédouanements qu’Israël collecte en son nom. Dans le contexte de ralentissement économique dû à la pandémie, cette décision a considérablement réduit la possibilité pour l’Autorité palestinienne de payer les salaires, fournir des services et maintenir des filets de sécurité sociale. À la mi-novembre 2020, l’Autorité palestinienne a indiqué qu’elle reprendrait sa coordination avec Israël mais les impacts n'ont pas encore été évalués et les dommages causés par cette interruption de six mois persistent encore. La crise financière de l’UNRWA reste un élément pouvant avoir des conséquentes humanitaire sur tout le territoire.

Une forte réduction des pertes humaines liées au conflit a été enregistrée en 2020. Mais l'usage excessif de la force par les soldats israéliens (exécutions ou graves blessures de Palestiniens) demeure préoccupant ainsi que l’absence d'obligation de rendre compte pour les violations du droit international. Les importantes pénuries de financement des organisations humanitaires ainsi que les limitations accrues de l’espace des interventions compromettent la capacité de la communauté humanitaire à répondre aux besoins croissants.

Situation prévue en 2021 et au-delà

L’économie palestinienne devrait s’être rétrécie de 2,6 à 7,6 % en fin d’année par rapport à 2019. Le pourcentage de ménages désavantagés dans la Bande de Gaza devrait augmenter de 53 à 64 % et plus que doubler en Cisjordanie, de 14 à 30 %. Cette toile de fond de détérioration générale des conditions de vie et le manque de coordination de la sécurité entre l'Autorité palestinienne et Israël risque de causer une augmentation de la violence, notamment une escalade des hostilités à Gaza au cours de l’année 2021.

Dans la Bande de Gaza, les 2 millions de Palestiniens vivant sous l’embargo israélien depuis plus de 13 ans ont été encore plus coupés du monde extérieur par les restrictions liées à la COVID-19 et l’arrêt de la coordination avec de graves impacts sur l’accès à des soins médicaux. Au même moment, les principaux facteurs de la fragile situation humanitaire restent en place sans évolution en perspective.

Graphic

Évolution des besoins humanitaires et des besoins financiers (2016 – 2021)

En Cisjordanie, les politiques et les pratiques affectant la Zone C, Jérusalem-Est et la partie sous contrôle israélien de la ville d’Hébron devraient se poursuivre en exposant les Palestiniens à un risque de transfert forcé et en provoquant une érosion des moyens de subsistance. Le développement économique restera freiné par l’occupation et les limitations d’accès des Palestiniens aux ressources foncières et naturelles et par un système à plusieurs niveaux de contraintes administratives, bureaucratiques et physiques, notamment la Barrière. nombre de ces contraintes sont associées à la présence de peuplements israéliens illégaux en vertu du droit international.

Sur tout le territoire, les personnes les plus vulnérables sont celles qui vivent dans des ménages désavantagés ou dirigés par des femmes ; les réfugiés palestiniens vivant dans des camps de réfugiés ; les enfants, particulièrement ceux âgés de moins de 5 ans ; la population âgée ; les femmes enceintes et allaitantes ; les personnes handicapées ; les petits cultivateurs, éleveurs et les personnes déplacées.

Priorités de la réponse en 2021

En 2020, les partenaires humanitaires chercheront à procurer une assistance à 1,5 million de Palestiniens dans le cadre du HRP. Mais, en raison de la flambée de COVID-19 sur le territoire, en avril, la plupart des activités habituelles du HRP avaient été reprogrammées pour répondre aux besoins créés par la pandémie. Globalement, 1,2 million de Palestiniens ont reçu une assistance humanitaire en 2020, notamment 300 000 personnes ciblées par le plan initial.

Les principales réalisations ont été l’allocation et la mobilisation de ressources. Elles ont couvert 94 % des fonds demandés pour le plan en répondant aux besoins WASH basiques des personnes les plus vulnérables durant la crise de la COVID-19. Le Fonds humanitaire pour le Territoire palestinien occupé a apporté un soutien rapide et souple aux interventions humanitaires répondant à la flambée de COVID-19 sur le territoire.

En 2021, on estime que 2,4 millions de Palestiniens auront besoin d’assistance humanitaire sur tout le Territoire palestinien occupé. La majorité d’entre eux, 64 %, vit dans la Bande de Gaza. Bien que ce total ne soit que légèrement supérieur aux estimations pour 2020 (2,41 million), le nombre de personnes présentant des besoins sévères a augmenté. Sur le nombre total de personnes dans le besoin, les partenaires humanitaires s’efforceront d’assister les plus vulnérables (1,8 million de personnes) avec un besoin de financement de 417 millions de dollars.

Leurs besoins seront pris en charge dans le cadre d’efforts multisectoriels visant à protéger les droits des Palestiniens vivant sous occupation, donner aux plus vulnérables un accès à des services essentiels et apporter un soutien à la capacité des Palestiniens à s’adapter aux effets de la crise tout en recherchant des solutions plus durables. Le HRP de 2021 maintiendra la place centrale de la protection comme une responsabilité partagée à l’échelle du système.

Informations complémentaires

Notes

  1. Bureau central palestinien de la statistique (PCBS), Enquête sur la main-d’œuvre, avril-juin 2020.
  2. Voir, Rapport du Haut Commissariat aux droits de l’homme, Ensuring accountability in the occupied Palestinian territory, mars 2020.
  3. Banque mondiale, Rapport économique au Comité de liaison ad-hoc, juin 2020.