Deuxième partie : Appels coordonnés inter-organisations

Soudan du Sud

HRP
Personnes dans le besoin
7,5 millions
Personnes ciblées
5,6 millions
Besoins (US$)
1,5 milliards
Population totale
11,2 millions
Niveau de revenu
Faible
INFORM Severity Index
4.4 / Très élevé
Appels consécutifs
2010 - 2021
Personnes bénéficiaires (2020)
6,5 millions

Analyse du contexte, de la crise et des besoins

Alors que la crise au Soudan du Sud entre dans sa huitième année, environ deux-tiers de la population ont besoin d’une forme d’assistance humanitaire. Des années de conflits, de violence infranationale, d’insécurité alimentaire de graves inondations et, aujourd’hui la pandémie de COVID-19 ont accru les vulnérabilités de la population.

Plus de 1 500 personnes ont été tuées et plus de 157 000 déplacées par la violence infranationale durant la première moitié de 2020. Des femmes et des enfants ont été enlevés et plus de 6000 incidents de violence sexiste ont été enregistrés entre janvier et septembre 2020.

L’insécurité alimentaire de communautés a persisté dans tout le pays. Au moins 6,5 millions de personnes étaient en situation d’insécurité alimentaire aiguë durant la saison de soudure de 2020. Les ménages ont été négativement impactées par le COVID-19 et les chocs économiques ont causé une dépréciation de la livre sud-soudanaise qui a provoqué des augmentations drastiques des prix alimentaires. D’août à la mi-septembre 2020, le coût du panier alimentaire a augmenté de 42 %. On estime que 1,3 million d’enfants et 350 000 femmes ont souffert de malnutrition aiguë en 2020.

Les déplacements provoqués par la violence et les inondations en 2020 se sont produits dans des endroits subissant déjà des crises multiples comme dans l’État de Jonglei et la Zone administrative de Pibor. On estime à 800 000 le nombre de personnes affectées dans près de la moitié des comtés du Soudan du Sud et à près de 400 000 celui des personnes temporairement déplacées.

Le pays continue de lutter contre les flambées de maladies dues à la faible couverture vaccinale, à la faiblesse du système de santé et à la mauvaise qualité d'hygiène et d'assainissement. Les maladies comme le paludisme et les infections d’origine hydrique continuent d’affecter les populations. La flambée de COVID-19 a accru la pression sur les services de santé limités et a perturbé l'apprentissage. La déscolarisation affecte plus de 2,2 millions d’enfants et les filles de manière disproportionnée.

La vulnérabilité aux maladies d’origine hydrique à augmenté en raison des vastes zones géographiques impactées par des inondations et l’allongement de la saison des pluies. L’accès à des services de soins de santé continuera à être difficile pour de nombreuses personnes, 44 % de la population vivant dans un rayon de 5 km d’un établissement de santé.

Quelque 1,6 million de personnes sont déplacées dans le pays. La majorité (75 %) vit dans des communautés d’accueil et les 25 M restants dans des environnements de type camps, notamment sur les sites pour la protection des civils et dans des camps pour personnes déplacées. Plus de 2,2 millions de réfugiés sud-soudanais cherchent refuge dans la région, la plupart des départs en 2020 dus à l’insécurité, aux inondations et aux coupures d’eau dans les zones de retours potentiels. Environ 1 millions de déplacés internes et 285 000 réfugiés sont spontanément retournés, dont nombre d’entre eux restent vulnérables à cause du manque d’accès à des services, à des abris et à une protection.

L’accès humanitaire s'est détérioré en 2020 à cause d'actes de violence répétés contre les travailleurs humanitaires et les actifs humanitaires. Entre janvier et septembre 2020, approximativement 450 incidents violents contre le personnel et les actifs humanitaires ont été rapportés. Neuf travailleurs humanitaires ont été tués dans la fourniture d’une assistance humanitaire vitale entre janvier et octobre 2020.

Malgré ces défis, 5,6 millions de personnes ont reçu une assistance humanitaire et un soutien à leurs moyens de subsistance et 1,1 million d’enfants et de jeunes mères ont bénéficié de services de nutrition. Plus de 3,6 millions de consultations de santé ont été effectuées en 2020.

Situation prévue en 2021 et au-delà

Les conflits, la crise économique, les inondations et les flambées de maladies resteront les principaux facteurs des besoins humanitaires au Soudan du Sud. Le progrès limité de l’accord de paix et les tensions politiques et sécuritaires devraient rester inchangés en 2021. La violence infranationale anticipée entraînera d’autres déplacements et augmentera les besoins humanitaires. Les problèmes de protection, notamment contre la violence sexiste, resteront préoccupants. Les personnes déplacées devraient rester dans les camps de personnes déplacées nouvellement transformés (anciens sites de protection de civils) et dans des communautés d’accueil en raison du manque de services de base dans leurs zones d’origine.

Graphic

Évolution des besoins humanitaires et des besoins financiers (2016 – 2021)

L’insécurité alimentaire devrait se détériorer en 2021 par rapport à 2020 à cause de l’insécurité, des impacts de la COVID-19, des inondations, de la poursuite de la crise économique et des fortes augmentations des prix alimentaires. Le nombre de Sud-Soudanais devant avoir besoin d’une assistance alimentaire au plus fort de la saison de soudure en 2021 est estimé devoir considérablement augmenter dans l’attente des conclusions de l'IPC. Les niveaux les plus élevés d’insécurité alimentaire sont concentrés dans les zones affectées par des chocs récurrents comme la violence et les inondations, notamment dans les États de Jonglei, du Nil Supérieur, de l’Unité, des Lacs et de Warrap. La disponibilité et l’accès limités à des services WASH basiques et la médiocre couverture vaccinale causeront probablement des flambées de maladie tandis que la COVID-19 causera des tensions supplémentaires sur un système de santé surchargé. Les organisations humanitaires seront confrontées à des contraintes accrues d'accès, notamment à des contraintes bureaucratiques limitant leur capacité de réponse efficace aux besoins des populations.

Priorités de la réponse en 2021

En 2021, la réponse humanitaire sera guidée par trois objectifs stratégiques globaux : i) réduire la morbidité et la mortalité des populations vulnérables ; ii) faciliter l’accès à des services de base trans-sectoriels et ; iii) permettre aux populations de résister aux chocs répétés et trouver des solutions aux déplacements. Le caractère centra de la protection sera au cœur de la réponse, notamment la prévention et la réponse à la violence sexiste.

Avec la poursuite de la crise humanitaire, les ressources sont en-deçà de ce qui est nécessaire pour répondre correctement aux besoins croissants. Les niveaux de financement de l’appel de 2020 étaient faibles par rapport à celui pour la même période cette année. Au 24 novembre, le HRP et son addendum pour la COVID-19 nécessitant 1,9 milliard ont été financés à hauteur de 51 %. La réponse aux besoins tout en atténuant et en prévenant la transmission de COVID-19 augmentera le coût des soins. Les multiples facteurs des besoins qui s’ajoutent les uns aux autres nécessiteront des ressources plus importantes pour soutenir une réponse rapide et opportune.

Informations complémentaires

Notes

  1. Division des droits de l’homme, Mission des Nations unies au Soudan du Sud, points trimestriels sur la violence affectant les civils, avril–juin 2020
  2. Figures for People in need, People targeted and Requirements are pending the finalization of the 2021 HNO and HRP.