Deuxième partie : Appels coordonnés inter-organisations

Soudan

HRP
Personnes dans le besoin
13,4 millions
Personnes ciblées
8,9 millions
Besoins (US$)
1,8 milliards
Population totale
43,8 millions
Niveau de revenu
Faible
INFORM Severity Index
4.6 / Très élevé
Appels consécutifs
1993 - 2021
Personnes bénéficiaires (2020)
8,8 millions

Analyse du contexte, de la crise et des besoins

La poursuite de la transition politique a créé des ouvertures pour la consolidation de la paix et l’engagement international. Mais les besoins humanitaires ont continué à augmenter en raison de la crise économique, de la COVID-19, de niveaux record d’inondations, de conflits localisés et de flambées de maladies.

En 2020, des progrès ont été enregistrés dans la réponse à la crise économique. Une conférence internationale a recueilli des promesses de soutien financier, notamment pour un programme de transfert d’espèces ; le début d’un programme de soutien aux réformes économiques du FMI ; l’intention annoncée par le gouvernement des États-Unis de retirer le Soudan de la liste des États soutenant le terrorisme, un obstacle à l’assurance de l’allègement de la dette et d’un financement international. Mais ce soutient n’est pas encore suffisant pour permettre les réformes économiques tout en atténuant l’impact sur les personnes vulnérables. L’économie continue à se détériorer, exacerbée par l’impact socioéconomique de la COVID-19, la montée de l’inflation, les pénuries de carburant et de médicaments et la flambée des prix alimentaires.

Les conflits restent inférieurs aux niveaux de 2016 et avant. En 2020, le gouvernement est parvenu à un accord de paix avec plusieurs groupes armés au Darfour, dans le Nil-Bleu et le Kordofan du Sud (les Deux Zones) bien que deux groupes majeurs contrôlant certaines parties du pays ne l'aient pas encore signé. Plusieurs incidents de violence au Darfour, dans le Kordofan du Sud et l’est du Soudan ont touché presque 100 000 personnes. Les préoccupations quant à la protection demeurent la principale cause des besoins humanitaires du pays. Le processus de paix pourrait ouvrir la voie à des solutions durables mais celles-ci restent encore à trouver. Des millions de personnes continuent à vitre dans des situations de déplacement prolongé à l’intérieur et à l’extérieur du pays en tant que réfugiés.

L’escalade militaire commencée le 3 novembre en Éthiopie (région du Tigré) a provoqué un afflux de réfugiés à l’est du Soudan. Au 22 novembre, 40 277 réfugiés avaient traversé en direction du Soudan par rapport à 146 le 9 novembre. Sous la direction du HCR, les partenaires humanitaires prévoient de répondre à 100 000 arrivées d’Éthiopie pendant six mois et ils sont en train d’élaborer un plan d'urgence pour 200 000 arrivées pour la même période.

Les flambées renouvelées de paludisme, de poliomyélite, de chikungunya et de fièvre hémorragique virale continuent. L’augmentation du nombre d’infections au COVID-19 ajoute aux pressions exercées sur un système de santé déjà faible. L’année 2020 a enregistré le pire épisode d’inondations depuis des décennies qui a affecté près de 900 000 personnes en endommageant des habitations et en causant des pertes de moyens de subsistance et de production agricole.

Situation prévue en 2021 et au-delà

Un total de 13,4 millions de personnes (plus d’un-quart de la population) devraient avoir besoin d’assistance humanitaire en 2021. Il s’agit d’une augmentation d’un-tiers par rapport à 2020 et du niveau le plus élevé depuis une décennie. Environ 7,3 millions de personnes auront besoin d’une assistance d’urgence pour les besoins vitaux tandis que 13 millions de personnes auront besoin de services humanitaires en réponse à la grande faiblesse de leur niveau de vie. Les besoins les plus élevés ont trait à la santé, à l'eau et à l'assainissement et à la sécurité alimentaire. Un total de 7,8 millions des personnes dans le besoin sont des femmes et des filles. Les groupes particulièrement vulnérables sont 2,5 millions de personnes déplacées internes et 1,1 million de réfugiés, en provenance essentiellement du Soudan du Sud. Un peu plus de la moitié des personnes dans le besoin se trouvent dans les États du Darfour et des Deux Zones, affectés par des conflits et qui enregistrent les taux les plus élevés d’insécurité alimentaire. Mais les plus fortes augmentations de personnes dans le besoin, dues à la crise économique ; ont été enregistrées à l’est et au centre. Les préoccupations relatives à la protection prédomineront encore avec un impact plus élevé sur les personnes les plus vulnérables.

Évolution des besoins humanitaires et des besoins financiers (2016 – 2021)

Les facteurs des besoins se prolongeront en 2021. Il faudra du temps pour bénéficier d’un allègement de la dette et de financements d’institutions financières internationales. Les efforts de réforme économique ne sont pas évidents dans la mesure où le soutien de donateurs n’a pas atteint le niveau nécessaire pour atténuer les impacts potentiellement douloureux sur la population. La situation économique limitera probablement l’amélioration des systèmes de santé, des flambées significatives devant probablement se poursuivre et les progrès de la réponse aux déplacements prolongés devant nécessiter un investissement significatif sans le développement et les services. Des inondations importantes surviendront probablement peut-être aux mêmes niveaux qu’en 2020.

Au-delà de 2021, l’évolution des besoins dépendra de la crise économique, de la stabilité de la transition politique, du processus de paix et du soutien international à l’économie et au développement. L’Accord de paix de Juba a remis les pendules à l’heure concernant la transition – jusqu’en janvier 2024 – avec remise du pouvoir par les militaires en juillet 2022. Il autorise les signataires à se porter candidats et leur accorde une place dans le système exécutif. D’importants besoins humanitaires persisteront probablement à moyen terme.

Priorités de la réponse en 2021

Au fur et à mesure de l’augmentation des besoins, les organisations humanitaires ont intensifié l'assistance malgré les défis opérationnels posés par la COVID-19 et la crise économique. Mais les déficits de financement persistent encore. Les améliorations de l’accès humanitaire sous le gouvernement civil de transition – notamment dans les zones sous contrôle de groupes armés non-étatiques – ont facilité la dispense d’assistance. Le financement des interventions humanitaires en 2020 a atteint le niveau le plus élevé depuis 2011 mais il n’a pas été proportionnel à l’augmentation des besoins et il a donné lieu à de plus importants déficits de financement qu’en 2019. En 2020, les humanitaires ont globalement fait bénéficier 8,8 millions de personnes d’une forme d’assistance. Un total de 1,8 milliards de dollars est nécessaire pour soutenir la réponse humanitaire en 2021. Le HRP 2021 est fondé sur des estimations basées sur les activités et sur le nombre de personnes devant être ciblées.

En 2021, le HRP priorisera une assistance multisectorielle vitale dans les zones présentant la convergence la plus élevée de sévérité des besoins, notamment la préparation des réponses à la récurrence des inondations, des conflits et des flambées de maladies. Les partenaires intensifieront l’assistance alimentaire, la prévention et la réponse aux maladies et une réponse d’urgence aux personnes nouvellement déplacées par des conflits ou des inondations. La réponse priorisera aussi des services vitaux comme les services de santé essentiels (notamment la vaccination et soins prénatals), la surveillance et la réponse aux maladies d’origine hydrique et à transmission vectorielle, l’éducation, les opportunités de moyens de subsistance, l’eau et l’assainissement, les compléments nutritionnels et l’alimentation scolaire, visant tous à éviter une plus forte dégradation.

Enfin, le HRP priorisera l’approche fondée sur les droits pour les besoins de protection, en particulier au Darfour où la mission de maintien de la paix de la MINUAD doit arriver à son terme. Le modus operandi de la dispense d’assistance humanitaire soutiendra, autant que possible et selon le cas, le renforcement des capacités des communautés à maintenir des solutions durables et à promouvoir la paix sociale.

Informations complémentaires