Deuxième partie : Appels coordonnés inter-organisations

Rohingya

JRP
Personnes dans le besoin
1,3 millions
Personnes ciblées
1,3 millions
Besoins (US$)
954 millions
Type d’appel
Plan Conjoint de Réponse
Pays couverts
Bangladesh
Réfugiés
889,000
Communauté d’accueil
472,000

Analyse du contexte, de la crise et des besoins

Quelque 860 000 réfugiés Rohingya résident dans 34 surpeuplés dans les upazilas d’Ukhiya et de Teknaf upazilas du district de Cox’s Bazar. La communauté humanitaire s’est efforcée de répondre aux besoins humanitaires des réfugiés et des communautés d’accueil tout au long de l’année 2020. L’intervention a changé en mars 2020 pour se focaliser sur la préparation aux urgences et la réponse à la pandémie de la COVID-19.

Le gouvernement du Bangladesh et la communauté humanitaire se sont rapidement mobilisés pour atténuer et répondre aux impacts anticipés de la pandémie de COVID-19. la rapidité de cette réponse a été essentielle, compte tenu de la situation des camps, des niveaux élevés de vulnérabilité des réfugiés Rohingya et des communautés voisines du Bangladesh et des fortes tensions exercées sur le système national de soins de santé.

Les activités dans les camps ont été limitées aux seuls services cruciaux. Une réduction de 80 % du nombre de travailleurs humanitaires allant dans le camp chaque jour à aidé à atténuer la propagation du virus. Mais la réduction de l’empreinte humanitaire a limité la fourniture d’une assistance essentielle et a contribué à la détérioration de l'environnement de la protection en exacerbant les vulnérabilités des femmes, des enfants, des personnes âgées et des personnes handicapées. La crise Rohingya illustre les tendances observées dans le monde durant la pandémie : La violence sexiste, la violence contre les enfants et les mécanismes d’adaptation négatifs ont augmenté. Le travail d’enfants, les mariages d’enfants, les trafics et les dangereux déplacements en bateau ont également augmenté.

Cox’s Bazar est l’un des districts les plus pauvres avec une population Bangladeshi de plus de 2,6 millions de personnes. Au cours des trois dernières années, la présence de réfugiés Rohingya est venue s’ajouter aux défis existant déjà. La massive intervention humanitaire a développé l’emploi et les opportunités économiques mais les communautés d’accueil Bangladeshi se sont trouvées confrontées à des conséquences néfastes pour leur sécurité alimentaire, leurs moyens de subsistance, en particulier dans les upazilas d’Ukhiya et Teknaf où sont situés les camps. Les initiatives humanitaires et de développement ont commencé à s’atteler à ces impacts dans le district de Cox’s Bazar mais la COVID-19 a tiré sur les capacités des communautés et des institutions gouvernementales en impactant sur les réfugiés Rohingya et les Bangladeshis vivant à proximité.

Situation prévue en 2021 et au-delà

La réponse humanitaire entre aujourd’hui dans sa quatrième année suite à l’afflux massif en provenance du Myanmar. Les réfugiés Rohingya continueront de compter sur l’aide humanitaire pour leurs besoins basiques dans l’attente de solutions durables possibles. La communauté humanitaire fournira une assistance vitale aux réfugiés Rohingya dans un solide cadre de protection en s’efforçant également de créer des conditions favorables à leur retour volontaire au Myanmar. En 2021, une assistance soutenue et renforcée dans plusieurs secteurs sera nécessaire dans des domaines tels que la santé, la nutrition, l’eau salubre, l’assainissement adéquat, les abris et l’accès à des soins de santé et à l’éducation pour les réfugiés Rohingya et les communautés Bangladeshi voisines.

Les incertitudes liées à la pandémie mondiale de COVID-19 viennent s’ajouter au sentiment d’insécurité écrasant et au traumatisme vécu par les réfugiés Rohingya. La communauté humanitaire est préoccupée par la détérioration évidente de l'environnement général de la protection et de la sécurité dans les camps, dû en partie aux restrictions nécessaires imposées par la COVID-19- à la fourniture de services essentiels et d’assistance. Cette situation persistera probablement en 2021.

Il sera d'une importance cruciale de s'atteler aux besoins spécifiques des femmes, des filles et des groupes vulnérables. Quand la situation de la santé publique se sera stabilisée, la réouverture des centres d’apprentissage temporaires et la reprise des programmes éducatifs seront une priorité essentielle pour garantir le bien-être des enfants et des jeunes réfugiés. Dans les communautés d’accueil voisines, la perte de moyens de subsistance, l’effondrement de la production alimentaire et des systèmes de marché et l’aggravation des indicateurs alimentaires et de la nutrition poseront toujours des défis l'année prochaine. Les impacts sociaux de la pandémie et la compétition accrue pour les moyens de subsistance pourraient saper encore davantage la cohésion et la coexistence pacifique entre les réfugiés et les communautés d’accueil.

Les réfugiés Rohingya et les Bangladeshis locaux continueront d’être hautement vulnérables aux impacts des cyclones et des vents et des pluies de mousson. L’amélioration régulière des abris a été limitée durant la pandémie de COVID-19. La fréquence de fortes pluies a contribué à la détérioration d’abris dans les camps de réfugiés et des matériaux plus durables sont nécessaires pour garantir la sûreté et la viabilité des ménages, en particulier durant la saison de la mousson et des cyclones. Partant des capacités de réponse efficaces et bien établies aux catastrophes, le gouvernement et les partenaires humanitaires s’efforceront d’atténuer le risque, de renforcer la résilience des communautés aux chocs et d’assurer une planification et une préparation d’urgence adéquate aux cyclones et aux moussons.

Priorités de la réponse en 2021

La communauté humanitaire, ONG nationales et internationales, agences des Nations unies, intervenant dans les secteurs et en étroite coordination avec le gouvernement du Bangladesh, continuera d’améliorer les normes de protection et d’assistance pour les réfugiés Rohingya et leurs communautés d’accueil dans les upazilas de Teknaf et d’Ukhiya de Cox’s Bazar. Quatre objectifs stratégiques guideront la réponse en 2021 dans le sillage de la voie établie cette année :

  1. Continuer à renforcer la protection des femmes, des hommes, des filles et des garçons Rohingya.
  2. Fournir une assistance vitale de qualité aux populations dans le besoin.
  3. Favoriser le bien-être des communautés d’accueil Bangladeshi dans les upazilas d’Ukhiya et de Teknaf .
  4. Œuvrer à la réalisation de solutions durables au Myanmar.

Un cadre de protection reconnaissant les problèmes importants de protection, prévoyant les activités de protection ciblées et engageant tous les partenaires humanitaires dans l’intégration de la protection et du genre pour guider la réponse pour les réfugiés Rohingya. Il sera mis en œuvre en complet partenariat avec le gouvernement du Bangladesh et les populations. touchées

La réponse humanitaire sera axée sur l’amélioration des conditions de vie des réfugiés Rohingya. Cela implique l’accès à l’éducation dans le cursus pilote et le développement des qualifications au Myanmar ainsi que l'amélioration des abris et des installations d'apprentissage en structures à deux niveaux. Un focus essentiel sera l’amélioration des systèmes de représentation communautaire dans les camps de réfugiés Rohingya l’obligation de rendre compte aux personnes affectées (AAP) et la promotion de la cohésion sociale.

Les acteurs humanitaires soutiendront le gouvernement dans le renforcement des services publics et leur application pour les communautés vulnérables d’Ukhiya et de Teknaf, les zones les plus affectées par la présence de réfugiés Rohingya. Ils soutiendront aussi la planification du développement dans le district de Cox’s Bazar et s’efforceront de réaliser des synergies entre l’assistance humanitaire et l’assistance au développement.

Informations complémentaires

Notes

  1. Les chiffres de la population du JRP du Bangladesh incluent les réfugiés et les membres impactés des communautés d’accueil. Les chiffres de la population de réfugiés sont des estimations, calculées sur la base des chiffres d’octobre 2020 émanant de l’exercice d’enregistrement auprès du Gouvernement du Bangladesh-HCR et du nombre estimé de personnes n’ayant pas pu être enregistrées en 2020 en raison du ralentissement des activités d’enregistrement durant la pandémie de COVID-19. Les chiffres de la population totale seront revus au cours de l’année 2021 quand les activités d’enregistrement auront pleinement repris.