Deuxième partie : Appels coordonnés inter-organisations

République Démocratique du Congo Régional

RRP
Personnes dans le besoin
1,7 millions
Personnes ciblées
1,7 millions
Besoins (US$)
594,5 millions
Pays couverts
Angola, Burundi, Ouganda, République du Congo, Rwanda, Tanzanie et Zambie
Réfugiés et retournés
816,000 personnes
Communautés d’accueil
842,000 personnes

Analyse du contexte, de la crise et des besoins

La complexité de la crise de la RDC s’est poursuivie en 2020 avec la situation sécuritaire se détériorant progressivement en raison des conflits interethniques et des attaques armées dans le Sud-Kivu. Cette situation a été aggravée par la pandémie de COVID-19 et la récurrence d'une flambée d’Ébola dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri. Depuis 2019 et tout au long de l’année 2020, l’augmentation de la violence combinée à d’autres causes profondes comme les défis socioéconomiques majeurs, les insuffisances structurelles et la dynamique liée à la gouvernance et aux ressources minérales, a provoqué le déplacement interne passif de près de 5 millions de personnes, en créant la plus importante situation de personnes déplacées en Afrique.

La majeure partie des personnes déplacées restent en RDC mais des dizaines de milliers de nouveaux réfugiés ont fui et traversé les frontières depuis le début de l’année 2019. Les réfugiés ont continué à fuir essentiellement des zones orientales des provinces du Nord et du Sud Kivu et de l’Ituri à destination de l’Ouganda et d’autres pays des Grands Lacs et depuis le Haut Katanga et du Tanganyika à destination de la Zambie et d’autres pays d’Afrique australe. Certains pays d’accueil de la région ont enregistré une réduction des flux de sortie et d’autres, en particulier le Burundi et l’Angola, ont fait état d’une réduction nette de la population congolaise attribués aux retours spontanés, laissant suggérer une stabilité générale dans certaines régions d’origine.

Les besoins des réfugiés congolais dans la région restent importants et la situation précaire de la plupart des pays accueillant ces réfugiés dans le contexte de la pandémie de COVID-19 témoigne de l’importance de rapprocher l’assistance humanitaire et à la protection. Les mesures de prévention de la COVID-19 ont provoqué des risques de protection accrus pour les réfugiés de la RDC ayant des besoins spécifiques. Les rapports de violence sexiste ont augmenté et les mesures telles que la fermeture d’écoles et la suspension d’espaces adaptés aux enfants et les activités sportives ont donné lieu à la négligence d’enfants et à l’engagement d'adolescents dans des mécanismes d’adaptation négatifs. En Zambie, une réduction importante de la scolarisation des filles a été enregistrée depuis le confinement. En outre, la prolongation des mesures de confinement pour prévenir et réduire la propagation de la COVID-19 ont eu un impact négatif sur la situation économique des réfugiés puisqu’ils ne pouvaient plus s’adonner aux activités de leurs moyens de subsistance habituels.

Situation prévue en 2021 et au-delà

Le RRP 2021 de la RDC regroupe 70 partenaires. Il vise à prendre en compte les besoins des nouvelles arrivées de réfugiés congolais dans la région et de ceux qui se trouvent dans des situations qui se prolongent et à assister les membres impactés des communautés d’accueil. Une protection et une assistance seront fournies aux réfugiés et aux demandeurs d’asile congolais par tous les partenaires humanitaires et au développement impliqués dans le RRP de la RDC. Il sera davantage focalisé sur l’élaboration d’opportunités de moyens de subsistance durables conformément au Pacte mondial sur les réfugiés pour les réfugiés et les populations d’accueill en favorisant ainsi leur coexistence pacifique. Le HCR et les partenaires poursuivront le plaidoyer avec les autorités du pays d’accueil en faveur de l’inclusion des réponses humanitaires dans les services du système national, essentiellement dans les domaines de l’éducation, de la santé, de l’eau et des services sociaux.

Priorités de la réponse en 2021

En 2021, les priorités pour la protection des enfants seront le renforcement des réseaux de protection des enfants et la poursuite de la gestion des cas ainsi que la surveillance et le suivi des enfants non-accompagnés et séparés. Le traçage et la réunification des familles seront également facilités. Pour l’éducation, la réponse visera à donner des lcurs de rattrapage aux élèves ne pouvant pas suivre des programmes d’apprentissage à distance et pour les classes importantes suivies d’examens.

Grâce au RRP, les partenaires chercheront à renforcer les moyens de subsistance et la résilience des réfugiés de la RDC et des communautés d’accueil. En Zambie, les partenariats seront renforcés par des institutions financières pré-identifiées pour renforcer l’accès à des services financiers, des formations en capacités financières, des formations en compétences entrepreneuriales de base, la fourniture de capital d’entreprise et l’accès aux informations sur le marché aux personnes, et la la micro-épargne communautaire et les groupes de prêt. En RDC, les agences financerong des activités lucratives de groupes mixtes (population d’accueil et réfugiés/demandeurs d’asyle) afin de promouvoir la coexistence pacifique entre les deux groupes de population. Les partenaires continueront à organiser des ateliers de renforcement des capacités en vue de développer les compétences en gestion de projets de petites entreprises. Au Burundi, certaines des principales actions proposées aux jeunes réfugiés et aux adultes sont la formation professionnelle et des stages dans des entreprises locales, une formation et au soutien financier à des activités lucratives et un soutien aux techniques et aux équipements agricoles.

En 2021, les partenaires du RRP continueront à travailler sur des projets environnementaux come ceux mis en place au Rwanda. L’engagement sera maintenu auprès du ministère de la Gestion des situations d’urgence dans des projets devant bénéficier aux réfugiés et aux communautés d’accueil dans le cadre d’un financement de l’Association internationale de développement accordé par la Banque mondiale.

Les programmes de réponse en Afrique australe ont été adapté de manière à respecter la distanciation sociale et d’autres mesures d’atténuation de la COVID-19. En 2021, les partenaires du RRP continueront à se focaliser sur la communication sur les risques pour propager des informations sur la prévention et les services liés à la COVID-19. Des installations de lavage des mains seront installées et du savon sera distribué pour poursuivre les bonnes pratiques d’hygiène et réduire le risque de propagation de la COVID-19. Pour répondre aux multiples risques de santé des réfugiés, les partenaires renforceront l’accès aux soins de santé. Le traçage des cas de COVID-19 sera renforcé et des professionnels de santé qualifiés supplémentaires seront employés.

Les opérations de rapatriement volontaire reprendront en 2021, en offrant des conditions incitant à un retour durable. En RDC, environ 5000 réfugiés et demandeurs d’asile ont exprimé leur intention de retourner. Leur rapatriement volontaire sera organisé sous réserve que des ressources soient mises à disposition. L’intégration locale bénéficiera d’un soutien pour ceux qui désireront rester. Les partenaires du RRP continueront à traiter les cas vulnérables de réfugiés de la RDC ayant besoin de se réinstaller.

Informations complémentaires

Notes

  1. Les chiffres pour les personnes dans le besoin et les personnes ciblées incluent les réfugiés ainsi que les membres affectés des communautés d’accueil. Ils sont toutefois provisoires et soumis à la planification des opérations en cours pour 2021. Les besoins financiers sont préliminaires et dans l’attente de leur finalisation et de leur approbation par les partenaires.