Deuxième partie : Appels coordonnés inter-organisations

Haïti

HRP
Personnes dans le besoin
4,4 millions
Personnes ciblées
1,5 millions
Besoins (US$)
235,6 millions
Population totale
11,4 millions
Niveau de revenu
Faible
INFORM Severity Index
3.5 / Élevé
Appels consécutifs
2010 – 2021
Personnes bénéficiaires (2020)
1,4 million

Analyse du contexte, de la crise et des besoins

Haïti fait face à des défis sociopolitiques et économiques récurrents depuis plusieurs décennies. Ces défis découlent pour la plupart de problèmes structurels profond et le pays est fortement enclin à des catastrophes naturelles et aux effets du changement climatique. En 2020, Haïti a souffert encore plus à cause de la pandémie de COVID-19. Le nombre confirmé de cas et de décès reste relativement faible par rapport à d’autres pays de la région mais les conséquences secondaires de la pandémie ont eu un impact sur les services essentiels et ont augmenté le risque de violence et de stigmatisation.

La situation économique du pays s’est encore détériorée en 2020, en lien étroit avec la valeur de la monnaie locale et aux conséquences de la pandémie. La croissance économique devrait décliner de 3,1 % en 2021 en raison de la contraction du secteur des services, de la perturbation des chaînes d’approvisionnement et l’entrée en récession de l’économie mondiale. Le déficit fiscal devrait s’élargir pour passer plus de 6 % du PIB (par rapport aux prévisions de 3 % avant la COVID-19) et l’inflation devrait être supérieure à 20 %.

Une recrudescence de la violence des gangs a déplacé des centaines de familles. À la fin du mois d’août, la tempête tropicale Laura a provoqué des inondations dans plusieurs départements qui ont directement affecté environ 8800 familles. La diminution globale des personnes en besoin de 4,6 à 4,4 millions est essentiellement associée au fait que plus d’un million de personnes en situation d’insécurité alimentaire en 2020 ont bénéficié d’assistance. L’insécurité alimentaire, la santé, l’éducation, l’accès à l’eau et la protection ont été les secteurs les plus affectés en 2020. Cela en raison des conditions climatiques, économiques et politiques adverses et des contraintes d’accès dues à la pandémie et à l'aggravation de l’insécurité. L’analyse de l’IPC effectuée en août 2020 a estimé que 4 millions souffrent actuellement d’une insécurité alimentaire aiguë (phases 3 et 4).

Situation prévue en 2021 et au-delà

Le paysage humanitaire en Haïti en 2021 dépendra largement de l’évolution de la situation politique et socioéconomique du pays qui pourrait affecter davantage l’accès à des services essentiels et l’impact sur les personnes les plus vulnérables. Le risque de violence en raison des élections législatives l’année prochaine doit être pris en considération. La violence des gangs, la corruption, l’impunité, la pauvreté, l’inégalité de genre, l’accès limité à des services de base et le grave épuisement des ressources naturelles resteront à la racine des crises politiques et socioéconomiques récurrentes. Toute urgence soudaine (ouragan, tremblement de terre) ou tout impact climatique (par exemple, la sécheresse) représentera une menace pour les efforts de relèvement de Haïti.

Graphic

Évolution des besoins humanitaires et des besoins financiers (2016 – 2021)

En 2021, environ 4.4 millions de personnes auront besoin d’assistance humanitaire. Les femmes enceintes ou allaitantes, les enfants, les personnes âgées, les personnes handicapées, les personnes déplacées et celles vivant dans des zones rurales souffriront probablement des conditions de vie de plus en plus difficiles. Les changements et leurs effets associés sur les personnes devraient se poursuivre au-delà de 2021 dans la mesure où les tendances révèlent des niveaux élevés d’insécurité alimentaire, de violence et de déplacements. Le HRP sera révisé pour reflêter les possibles changements pour 2022.

Priorités de la réponse en 2021

En 2020, on estime que 1,4 million le nombre de personnes ayant reçu une assistance humanitaire – 61 % de la population ciblée. L’assistance en matière de sécurité alimentaire a permis aux populations de maintenir leurs moyens de subsistance. L’impact sanitaire de la pandémie a été largement contenu en raison des efforts conjoints de tous les partenaires dans leur soutien aux autorités haïtiennes. Malgré de nombreuses difficultés, des milliers de personnes ont continué à bénéficier de services essentiels, même si leur accès était limité.

L’insécurité, le mauvais état des routes et les contraintes logistiques liées à la COVID-19 ont fait obstacle à l’accès physiques aux populations affectées. Les défis de coordination préexistants ont été encore aggravés par l’incapacité des partenaires et des parties prenantes de rencontrer les bénéficiaires en personne et les fréquentes interruptions de l’électricité et des réseaux.

Environ 1,5 million de personnes sur les 4,4 millions ayant besoin d’assistance humanitaire seront ciblées en 2021. Ce nombre inclut toutes les personnes en phase 4 de l’IPC et les populations les plus vulnérables dans 65 (sur 140) communes priorisées dans le HRP.

La HCT a identifié quatre orientations stratégiques pour la réponse sur les deux prochaines années :

  1. Réduction des vulnérabilités aiguës et renforcement de la résilience grâce aux efforts conjoints des acteurs humanitaires et du développement en raison de la nature structurelle des besoins humanitaires en Haïti.
  2. Renforcement des capacités des personnes à répondre à leurs besoins basiques en renforçant l’accès aux services, en améliorant la sécurité alimentaire et en réduisant la mortalité et la morbidité dues à des maladies évitables.
  3. Renforcement de l’obligation de rendre compte aux populations affectées, en particulier les groupes les plus vulnérables en renforçant leur accès à des services de protection, en les engageant dans toutes les phases de la réponse et en augmentant leur autosuffisance.
  4. Renforcement de la préparation et de la réponse aux situations d’urgence pour rétablir l’accès aux services et à l’autonomie à la suite d’une catastrophe et contribuer à l’autonomisation des institutions et de la société civile.

Les vulnérabilités aiguës ont augmenté ces dernières années en raison de la combinaison des crises sociopolitiques et des chocs. Les besoins financiers ont légèrement diminué malgré tout par rapport à ceux de 2019. Cette diminution est essentiellement due à l’engagement de mieux prioriser les interventions humanitaires et de renforcer le partenariat avec les acteurs du développement dans le cadre du nexus.

Informations complémentaires