Deuxième partie : Appels coordonnés inter-organisations

Colombie

HRP
Personnes dans le besoin
6,7 millions
Personnes ciblées
1,5 millions
Besoins (US$)
300 millions
Population totale
50,9 millions
Niveau de revenu
Intermédiaire-supérieur
INFORM Severity Index
4.2 / Très élevé
Appels consécutifs
2020 – 2021
Personnes bénéficiaires (2020)
1,2 million

Analyse du contexte, de la crise et des besoins

La pandémie de COVID-19 a considérablement affecté les populations les plus vulnérables en Colombie, en aggravant- l’impact de la violence et de la dynamique de la pauvreté, des catastrophes naturelles et des importants mouvements de migrations mixtes. Il en a résulté que le nombre de personnes dans le besoin a augmenté de 5,1 millions en 2019 à 6,7 millions à la fin de l’année 2020.

Plus de 1 million de cas de COVID-19 et plus de 31 500 décès ont été rapportés en novembre. Bien que les mesures strictes et les efforts de réponse du gouvernement aient réussi à atténuer les pressions exercées sur le système de santé, ils n’ont pas empêché la propagation de la maladie. Les six mois de mesures restrictives ont eu des importantes conséquences socioéconomiques. Le chômage a augmenté de 56 %, la pauvreté monétaire a atteint environs 49% et l’extrême pauvreté 14% dans le pays. Malgré l’augmentation rapide des programmes de filets sociaux par les autorités nationales, l'insécurité alimentaire a considérablement augmenté ; 3,5 millions de Colombiens sont estimés se trouver dans une situation d'insécurité alimentaire sévère et avoir besoin d'une assistance vitale.

Les taux de mortalité maternelle et des enfants âgés de moins de 5 est en augmentation et, la fermeture d’établissements éducatifs en raison de la COVID-19 a déscolarisé 10 millions d’enfants, y compris des enfants réfugiés et migrants, pour la moitié de l’année Cette situation aura un impact durable sur la jeunesse. En conséquence indirecte, le recrutement forcé de mineur a augmenté de 113 % en 2020. Les femmes et les filles ont été affectées de manière disproportionnée par l’insécurité alimentaire et la perte d’emplois entre autres.

Malgré l’accord final de 2016 mettant fin au conflit et initiant une période de soulagement inconnu depuis des décennies, des dispositifs explosifs improvisés, des déplacements, des attaques générales contre la population et les infrastructures civiles se produisent régulièrement. À certains endroits, des groupes armés ont profité de la situation créée par la pandémie pour étendre leur présence territoriale en provoquant des hostilités et un contrôle accru sur les communautés. Au cours de la deuxième moitié de l'année, le pays a enregistré une augmentation des exécutions, des confinements forcés, des restrictions d’accès, des VBG, du recrutement forcé de mineurs et des contaminations d’engins explosifs qui ont aggravé les besoins de protection. Les enfants, les jeunes et les femmes, ainsi que les Afro-Colombiens et les communautés autochtones ont été affectés de manière disproportionnée.

Situation prévue en 2021 et au-delà

La situation humanitaire dans le pays devrait rester critique en 2021. Avec la persistance de la pauvreté rurale, des inégalités, des conflits fonciers et de la présence étendue de cultures illicites, la violence armée devrait persister dans le pays. Les hostilités devraient rester sévères dans les zones rurales et éloignées exacerbant les risques de protection et les besoins vitaux.

Graphic

Évolution des besoins humanitaires et des besoins financiers (2020 – 2021)

La pandémie continuera de représenter un risque pour les populations rurales et les plus vulnérables, là où les capacité de prévention et réponse, et souvent d’accès restent limitées. La réduction des prix de produits de base mondiaux exportés par la Colombie ainsi que son impact sur des secteurs aussi cruciaux que le tourisme retardera probablement le relèvement économique. La sécurité alimentaire risque de se détériorer davantage en raison de la perte de la perte de revenus et moyens de subsistance de la part des populations. Par ailleurs, les effets directs de la pandémie sur les systèmes de santé vont probablement alourdir les capacités sanitaires du pays en particulier dans les zones rurales. La diminution du financement humanitaire et le dépassement des capacités opérationnelles et budgétaires des administrations locales risquent de limiter la capacité de réponse.

Priorités de la réponse en 2021

En novembre, les acteurs humanitaires ont complété la réponse du gouvernement en fournissant une assistance à plus de 1,2 million de personnes. Sur ce nombre, 940 000 personnes dans tout le pays ont reçu une assistance pour l'impact de la COVID-19 avec un accent particulier sur les victimes de VBG. Les colombiens les plus vulnérables affectés par la violence armée et les catastrophes naturelles – en particulier les autochtones et les communautés afro-colombiennes - ont également reçu une assistance vitale dans le cadre du Plan de réponse humanitaire,

Mais les agences des Nations unies et leurs partenaires continuent d’être confrontés à des restrictions d’accès et font l’objet d’obstructions et de menaces directes de groupes armés. Au moins 242 attaques de missions médicales et de travailleurs de la santé ont été enregistrées au cours des neuf premiers mois de 2020, soit une augmentation de 63 % par rapport à l’année précédente. Le financement limité du Plan pour la réponse COVID-19 et du HRP également freiné les efforts de réponse.

En 2021, la réponse humanitaire en Colombie sera axée sur les communautés de zones rurales éloignées présentant des taux de morbidité/mortalité élevés, des hostilités, des capacités d’adaptation insuffisantes et pour lesquelles l'impact des catastrophes naturelles, des afflux de migrations mixtes et de la pandémie est disproportionnellement sévère. Les acteurs humanitaires chercheront à fournir une réponse multisectorielle plus intégrée, à protéger et à sauver des vies par l’assistance et la protection humanitaires et à contribuer à des solutions durables en suivant une approche différenciée de protection et de genre. Ils s’engageront davantage dans les mesures de prévention et de préparation aux catastrophes. Le renforcement des mécanismes de réponse rapide dans les territoires les plus affectés sera également prioritaire.

Informations complémentaires