Deuxième partie : Appels coordonnés inter-organisations

Afghanistan

HRP
Personnes dans le besoin
18,4 millions
Personnes ciblées
15,7 millions
Besoins (US$)
1,3 milliards
Population totale
38,9 millions
Niveau de revenu
Fable
INFORM Severity Index
4.6 / Très élevé
Appels consécutifs
2009 – 2021
Personnes bénéficiaires (2020)
10 millions

Analyse du contexte, de la crise et des besoins

Quarante années de guerre, des catastrophes naturelles récurrentes, la pauvreté croissante et la COVID-19 dévastent les populations de l’Afghanistan. Les conflits continuent à causer des dommages physiques et psychologiques extrêmes et ont déplacé de force 278 000 personnes au cours des 10 premiers mois de 2020. Et même après le début de négociations inter-afghanes pour la paix, le 12 septembre 2020, les pertes civiles restent élevées sans aucun signe d'accalmie des combats. Les femmes et les enfants sont affectés de manière disproportionnée et ont compté pour 44 % de toutes les pertes civiles les trois premiers trimestres de 2020. Les établissements et les travailleurs de la santé continuent de subir des attaques et des intimidations par les parties aux conflits.

La COVID-19 a provoqué une baisse des revenus de 59 % des ménages et 17 % des ménages récemment évalués se trouvent dans une situation d’endettement catastrophique, essentiellement pour couvrir les besoins alimentaires et sanitaires immédiats.4 30,5 millions de personnes (celles en phase 2 et au-delà de l'IPC) risquent d’avoir besoin d‘assistance humanitaire si elles ne reçoivent une assistance sociale urgente du gouvernement et des acteurs de développement.

La faim et la malnutrition ont culminé dans l’environnement d’effondrement économique et d’insécurité alimentaire comparable à celui enregistré lors de la sécheresse de 2018-19. Au cours des cinq dernières années, la proportion de personnes en situation de crise ou d’urgence a quadruplé. En 2021, le nombre de personnes qui se trouveront à des niveaux de crise ou d’urgence de crise alimentaire (IPC 3+) est estimé à 16,9 millions, soit 42 % de la population – le cinquième pourcentage le plus important dans le monde.5 près d’un enfant sur deux âgés de moins de 5 ans souffre aujourd’hui de malnutrition aiguë et a besoin d’un traitement vital. La pandémie a également imposé la fermeture temporaire d’écoles en déscolarisant 10 millions d’enfants la plus grande partie de l’année et leur vaste majorité a besoin d'enseignement de rattrapage. Malgré la forte demande de services WASH face à la COVID-19, près des trois-quarts de la population dans les zones rurales n’ont pas accès à une eau salubre, l'assainissement et à des services d'hygiène.

Situation prévue en 2021 et au-delà

On estime à 18,4 millions le nombre de personnes devant avoir besoin d’assistance humanitaire n 2021. Ce chiffre record est presque le double de celui enregistré depuis le début de l’année 2020 (9,4 millions de personnes) et il représente une augmentation de 31 % depuis la révision à mi-année 2020 du HRP (14 millions de personnes). Cette augmentation est due aux impacts sociaux, économiques et sanitaires de la COVID-19, a la forte mobilité transfrontalière, à la montée in spirale de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition ainsi qu’aux déplacements et aux besoins de protection causés par les conflits Les résultats du Cadre d’analyse intersectorielle conjoints de 2021 indiquent que les 34 provinces sont toutes considérées être en situation de besoin sévère ou extrême et que plus de la moitié (19) sont considérées extrêmes.

Les niveaux élevés d’endettement, l’érosion des moyens de subsistance, la poursuite des conflits et les traumatismes psychosociaux répétés ont exacerbé les besoins de protection ; 12,8 millions de personnes auront besoin d’une assistance en protection. Les femmes sont confrontées à un double risque de charge accrue de soins et de violence sexiste en raison de la COVID-19. Une assistance supplémentaire en protection est nécessaire pour les enfants qui doivent de plus en plus travailler hors de chez eux et qui sont exposés à un risque accru de mariage précoce, d’exploitation ou de recrutement dans des groupes armés. Face aux limites de la protection légale et à l’incapacité croissante de trouver un emploi, de nombreux ménages vivent dans la menace d’expulsion.

Graphic

Évolution des besoins humanitaires et des besoins financiers (2016 – 2021)

Face au changement des priorités de la réponse pour répondre aux besoins induits par la COVID-19, les priorités non prises en compte en 2020 causeront probablement des besoins plus sévères en 2021, nécessitant une assistance supplémentaire urgente au développement, en particulier sur les sites des déplacements prolongés. Les tensions financières et la peur de contracter la COVID-19 ont eu pour effet la que les services de santé primaire et traumatologie ont été sous-utilisés dans les établissements de santé en en 2020, en causant une détérioration des besoins de santé en 2021. Les acteurs du développement ont retardé le déploiement de l’assistance sous forme de filets de sécurité sociale en 2020, un autre facteur de besoins humanitaires supplémentaires pour 2021.

La situation reste incertaine au-delà de 2021. Les négociations intra-afghanes en cours sont une opportunité de réduire les dommages pour les civils et prendre en charge les besoins humanitaires, l’augmentation de la violence semble dominer toute perspective d’accord de paix. La dynamique régionale et les vagues supplémentaires de COVID-19 anticipées risquent de menacer le relèvement économique souhaité.

Priorités de la réponse en 2021

En 2021, les partenaires humanitaires prévoient d’atteindre 15,7 millions de personnes (71 % des personnes dans le besoin, soit 91 % de la portée prévue). Cette assistance n’a pas été aussi exhaustive ni durable que souhaité en raison des déficits de financement mais elle illustre toutefois la dramatique intensification des activités pour répondre aux besoins, nouveaux et exacerbés, dus à la COVID-19. Les limites des financements ont imposé une priorisation plus stricte d’une assistance vitale et d’activités à moindre coût et à large portée comme la communication sur les risques, l'engagement des communautés ou la sensibilisation à la COVID-19 au lieu de l’ensemble d’assistance plus intersectorielle envisagée. Les conflits, les difficultés d'accès, l'ingérence des parties aux conflits et les catastrophes naturelles nécessitant une flexibilité de la part des partenaires mais les humanitaires ont maintenu leur présence et dispensé une forme d'assistance dans 390 des 401 districts durant le deuxième trimestre de 2020.

L’année 2021 est la dernière année du HRP pluriannuel de l'Afghanistan (2018-2021). Les partenaires humanitaires s’efforcent d’assister 15,7 millions de personnes en faisant appel à 1,3 milliards de dollars. L’augmentation de la portée prévue est grandement due à la forte augmentation du nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire aiguë et elle illustre la capacité avérée d’intensification des partenaires humanitaires, sous réserve que des ressources soient disponibles. La réponse continuera à insister sur la nécessité d’élargir le travail fait sur l’obligation de rendre compte (AAP), de renforcer l’importance de la protection contre l’exploitation et les abus sexuels (PSEA) et de renforcer l’inclusion du genre, de la santé mentale et du handicap.

Informations complémentaires