Deuxième partie : Appels coordonnés inter-organisations

Éthiopie

HRP
Personnes dans le besoin
21,3 millions
Personnes ciblées
16,3 millions
Besoins (US$)
1,5 milliards
Population totale
115,0 millions
Niveau de revenu
Faible
INFORM Severity Index
4.0 / Élevé
Appels consécutifs
2017 - 2021
Personnes bénéficiaires (2020)
13,0 millions

Analyse du contexte, de la crise et des besoins

Malgré des développements politiques positifs, en 2020, la population de l’Éthiopie reste confrontée à une incertitude quant à la transition politique en raison de conflits en cours, de chocs climatiques (sécheresses, inondations) ; d’une invasion de criquets pèlerins et des impacts socioéconomique de la pandémie de COVID-19. Certains des groupes de population les plus marginalisés et les plus à risque ont été impactés par des chocs multiples qui ont créé une crise de protection émergente. Il est apparu, lors de l’évaluation de milieu d’année du HRP 2020 que le nombre de personnes ciblées pour une assistance humanitaire avait doublé de 7 à 15,1 millions.

Depuis la fin de l’année 2017, les déplacements dus aux conflits interethniques sont devenus un facteur important des besoins humanitaires en Éthiopie. Au cours des trois dernières années, plus de 3 millions se sont déplacées à l’intérieur du pays en raison de conflits. Depuis le 30 septembre 2020, plus de 1,3 million de personnes étaient revenues dans leur région d’origine ou avaient été réinstallées ailleurs. Mais, dans la plupart des cas, des solutions durables n’ont pas été trouvées et des besoins résiduels de protection et d’assistance résultant de leur déplacement se poursuivent, notamment le besoin de maintien d'une assistance humanitaire. En outre, l’augmentation de l’insécurité et les conflits localisés n’ont pas seulement créé des soucis de protection pour l’ensemble de la population mais aussi posé des difficultés intermittentes d’accès pour les travailleurs humanitaires. À la fin de l’année 2020, un conflit entre les forces armées fédérales et régionales dans le Tigré a ajouté un nouveau défi à la complexité de la situation humanitaire. Ce conflit devrait aggraver les besoins humanitaires des 850 000 personnes vulnérables déjà ciblées dans le HRP 2020 et produite des besoins supplémentaires.

Les inondations continuent d’affecter et de déplacer des milliers de personnes chaque année. Entre juin et septembre 2020, la prolongation des pluies kiremt a provoqué des inondations et des glissements de terrain dans six régions. Selon des rapports de la Commission nationale de gestion des risques de catastrophe (NDRMC) en septembre, environ 1 million de personnes avaient été touchées et plus de 30 000 personnes avaient été déplacées par des inondations en 2020.

Les réfugiés dans tout le pays ont été impactés par les fermetures de frontières et les restrictions de voyage et leur accès à l’asile était dont compromis. En outre, plus de 200 000 enfants réfugiés ont été déscolarisés en raison de la pandémie.

Au cours des trois dernières années, plus de 8 millions de personnes en moyenne ont été ciblés chaque année pour recevoir une assistance alimentaire humanitaire. En 2020, le nombre de personnes dans le besoin a atteint 11,7 millions en raison, en partie à la pire invasion de criquets pèlerins depuis 25 ans. À la fin du mois d’août 2020, le nombre d’enfants admis pour un traitement de la malnutrition aiguë sévère (MAS) avait atteint des niveaux sans précédent. Plus de 37 000 enfants souffrant de MAS ont été admis chaque mois pendant quatre mois consécutifs (une augmentation de 13,2 % en 2020 par rapport à 2019) et plus de 1,5 million d’enfants, de femmes enceintes et allaitantes ont souffert de malnutrition aiguë modérée (MAM).

Situation prévue en 2021 et au-delà

La combinaison et la récurrence de chocs multiples, simultanés et composés, tels que les conflits, les maladies transmissibles, la sécheresse, les inondations, les criquets pèlerins et de la COVID-19 continueront à exposer les personnes à des risques et à saper leur capacité de relèvement de ces chocs.

Les tensions et les conflits pourraient prolonger les déplacements et en créer de nouveaux, accompagnés de risques de protection dans différentes parties de l'Éthiopie. La préparation des élections nationales prévues à la mi-2021 aggravera les tensions ethniques avec une instabilité et des déplacements localisés bien après la tenue de ces élections.

L’évolution du contexte humanitaire due à la pandémie de COVID-19 a impacté de manière disproportionnées les communautés touchées par des crises. Cette situation devrait se détériorer davantage en raison de la crise économique et causer des pertes d’emploi non seulement en Éthiopie mais aussi pour les migrants qui sont contraints de retourner chez eux. En 2020, au moins 53 490 ont été retournés en Éthiopie.

Évolution des besoins humanitaires et des besoins financiers (2017 – 2021)

Les épidémies de rougeole et les maladies endémiques renforceront la pression sur les installations de santé tendues par la pandémie. Outre la pandémie, l’invasion acridienne a contribué à augmenter l’insécurité alimentaire et cet impact continuera à affecter les productions agricoles en 2021 au fur et à mesure de la reproduction des criquets pèlerins.

Les premières prévisions indiquent que les pluies de printemps en 2021 seront probablement inférieures à la moyenne et des conditions de sécheresse régionale sont attendues avec un impact négatif sur les cultivateurs qui dépendent des pluies Belg et sur ceux qui dépendent des cultures à cycle long et de la campagne du Meher.

L’insuffisance de moyens de subsistance et l’incapacité de répondre aux besoins de base cause une augmentation des stratégies d’adaptation négatives associées aux risques de protection, comprenant mais sans s’y limiter, le travail d'enfants, les mariages précoces et le commerce sexuel. Le conflit au Tigré augmentera probablement les risques de protection, la situation nutritionnelle/sanitaire et les déplacements à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

Priorités de la réponse en 2021

La crise en Éthiopie devient rapidement une crise de protection et les partenaires prioriseront les interventions dans le secteur de la protection en 2021. En raison de la complexité dans lequel se trouve elle-même l’Éthiopie, la communauté humanitaire lui accordera une attention particulière en la garantissant dans toute la réponse.

Une autre priorité sera la réponse au taux croissant de déplacements et la recherche de solutions durables pour les déplacés en 2021. La réponse humanitaire multisectorielle aux besoins immédiats des déplacés internes inclura la fourniture d’articles de secours essentiels à un nombre estimé de 1,6 million de déplacés internes et la fourniture d’eau, et de services d’assainissement et d’hygiène à plus de 710 000 personnes déplacées à l’intérieur du pays. Cette approche viendra compléter les efforts concertés en vue de solutions durables pour les personnes déplacées.

Une priorité majeure sera également de s’atteler à l’impact aggravateur de la COVID-19 sur la situation des personnes ayant besoin d'assistance humanitaire. L’intégration de la réponse a entraîné un détournement de ressources, réduit le financement de besoins autres que ceux de la COVID et la capacité opérationnelle causée par la pandémie. L’Équipe pays devra notamment prioriser les activités de préparation et de réponse, en particulier l’eau et les services d’assainissement et d’hygiène dans les installations sanitaires et les écoles afin de prévenir la COVID-19 et les maladies d’origine hydrique. Une attention particulière sera accordée aux besoins et à la protection des groupes vulnérables comme les femmes, les enfants, les personnes âgées et les personnes handicapées

L’insécurité alimentaire est un problème en Éthiopie depuis 50 ans. Chaque année, depuis 4 ans, environ 3,4 millions de personnes dépendent chroniquement d'une assistance alimentaire. La combinaison de l’invasion acridienne, des impacts défavorables de la COVID-19, les multiples facteurs des besoins humanitaires et le nombre croissant de retours de migrants ont augmenté le nombre de personnes ayant besoin d’une assistance alimentaire et nutritionnelle d’urgence dans les communautés rurales et urbaines. On estime à 12,9 millions le nombre de personnes en situation de grave insécurité alimentaire qui seront ciblées pour recevoir une assistance alimentaire d’urgence. Les interventions sur les moyens de subsistance seront priorisées dans les zones affectées par l’invasion acridienne.

Les partenaires de la nutrition chercheront à atteindre plus de 460 000 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère devant être admis pour traitement et près de 3 millions d’enfants souffrant de malnutrition aiguë modérée, de femmes enceintes et allaitantes.

Informations complémentaires

Notes

  1. Au 30 of septembre, l’OIM avait fait état de 53 490 migrants retournés en Éthiopie en 2020.